Comment j’ai fait mon Dictionnaire

Emile Littré

Mardi 15 novembre 2011, par stan // Ressources

Voici une petite "causerie" de grande valeur sur le plan témoignage que nous recommandons de re-visiter.

De quoi donner un plus motivationnel à tous ceux qui sont confronté à des tâches ou travaux de longue haleine.

Merci à Hibouc d’avoir sorti cette pépite littéraire d’une relative obscurité pour un usage pro bono.

Extrait de l’avant-propos -

Parmi les opuscules qui sont sortis de la plume de Littré durant les dernières années de sa vie, il n’en est pas de plus intéressant, de plus touchant, ni d’un plus grand exemple que la « Causerie » intitulée : Comment j’ai fait mon Dictionnaire. Tous ceux qui l’ont lue en ont gardé un vif souvenir. Ce morceau, traduit en allemand, est devenu classique dans le monde pédagogique d’outre Rhin. Il est moins connu des jeunes générations françaises, parce qu’il fait partie d’un recueil devenu rare . Aussi souhaitais-je depuis longtemps de le voir remettre en lumière. Ayant, l’an dernier, fait part de ce désir à Mme Littré, et lui ayant rappelé le succès d’une publication antérieure du même genre , j’ai obtenu d’elle son consentement à une réédition : en être chargé moi-même, comme elle me le proposa, ne pouvait être pour moi qu’un honneur et un plaisir. Il y a quelque chose de réconfortant à vivre, ne fût-ce qu’un petit nombre d’heures, en communion avec cette austère et noble intelligence. En lisant ce récit, on a l’exemple de ce que peut le travail porté à sa plus haute puissance. Je ne connais pas de second spécimen d’un pareil labeur. Si l’on songe que la même vie a suffi à la publication des œuvres d’Hippocrate, d’un Dictionnaire de médecine, de la traduction de Pline, sans compter quantité d’autres écrits non moins graves, d’une portée non moins élevée, on se rappelle et on se redit le mot d’Horace : Labor improbus, — « un travail de fer ». [...]

Sur Hibouc.net

Téléchargement format PDF