Editions De La Martinière

LA MORT DU JUGE MICHEL Contre-enquête sur l’assassinat d’un incorruptible

Thierry Colombie

Jeudi 16 octobre 2014, par stan // Ressources

Un ouvrage à lire et méditer, car il démontre que parfois la lutte pour plus d’éthique n’est pas toujours comme un long fleuve tranquille et peut s’avérer périlleuse, mortelle même... et ce livre est là pour nous le rappeler !

Docteur ès sciences économiques à l’EHESS, chercheur associé au CNRS, Thierry Colombié est l’un des meilleurs experts du Milieu français. Il est notamment l’auteur de Le Belge, une biographie du fameux parrain marseillais (Stock, 2002, 2003) , Beaux voyous (Fayard, 2007) et des Héritiers du Milieu (Editions de La Martinière, 2013) .

Site de l’auteur

PDF - 134.4 ko

Éditions De La Martinière

PDF - 87.1 ko
LA MORT DU JUGE MICHEL Contre-enquête sur l’assassinat d’un incorruptible

21 octobre 1981, 12h43, boulevard Michelet à Marseille. Le juge antimafia Pierre Michel est tué par balle par deux inconnus, qui s’évanouissent dans la nature. Qui a éliminé un magistrat ayant instruit les plus importantes affaires marseillaises ? Des trafiquants d’héroïne, membres de la célèbre French Connection ? Des terroristes ? Est-ce un différend d’ordre privé ? En dépit des moyens déployés, les enquêteurs ne découvrent qu’une seule empreinte sur la moto. Des voyous sont écroués mais ils ne parlent pas. Des inconnus aident financièrement leur famille. Dans le Milieu, personne ne rompt la loi du silence même si la piste du « contrat » remonte aux oreilles des policiers. Présenté comme une figure emblématique du Milieu marseillais, Gaétan Zampa est désigné comme le commanditaire. Incarcéré fin 1983 dans une affaire financière, il se pend dans sa cellule après avoir crié son innocence. Sans avoir été entendu par le juge d’instruction en charge de l’affaire Michel... Zampa a-t-il emporté son secret dans sa tombe ? Les enquêteurs ne font-ils pas fausse route ? Pierre Michel s’est-il retrouvé, comme on dit à Marseille, « dans l’entonnoir pour avoir voulu toucher au Saint du Saint », au financement occulte de campagnes électorales ? Pourquoi un trafiquant va-t-il se mettre à table, depuis la Suisse, et balancer sur procès-verbal les noms du tueur, du pilote de la moto et surtout des deux commanditaires, deux de ses proches et associés dans la Sicilian Connection ?

Du vol de la moto au 21 octobre 1981, Thierry Colombié décrit les coulisses de la préparation de l’assassinat. Au-delà de la vérité judiciaire, l’auteur offre un récit haletant, des dialogues percutants, et nous plonge dans les eaux troubles de puissants partis politiques, du Milieu marseillais et de groupes mafieux siciliens ou américains.

Grâce à des témoignages inédits, le livre propose une contre-enquête non seulement sur l’assassinat d’un juge isolé au sein du Palais, jalousé et trop curieux, mais sur une époque pas si lointaine où bombes, tortures et ratonnades encourageaient la xénophobie à des fins politiciennes. Où l’argent n’a toujours pas d’odeur, surtout celui de la drogue.

- NB : L’assassinat du juge Michel avait fait l’objet du dernier chapitre de BEAUX VOYOUX (Fayard, 2007). J’avais rapidement décrit les interactions entre commanditaires et hommes de main, et leurs objectifs communs. Je fus le premier étonné de la totale absence de débat autour de mes révélations d’autant plus qu’aucun livre n’avait encore relaté la résolution judiciaire du crime. Le film très attendu de Cédric Jimenez - LA FRENCH (sortie dans les salles début décembre 2014), long métrage pour lequel j’ai collaboré en tant que documentaliste, sera probablement l’occasion de revenir sur une page méconnue de l’histoire de France. TC

- Bonus :

A télécharger UN MONDE SOUS LA COUPE DES BLANCHISSEURS - FRANÇOIS TRICHET - 2000-2001 - ME MOIRE DE 3E CYCLE / « Menaces Criminelles Contemporaines » Influence du Blanchiment d’argent dans la mondialisation croissante de l’ Economie et des circuits financiers et solutions à y apporter.

Introduction : Mondialisation des affaires, globalisation des échanges, déréglementation et libéralisation financière, autant de termes génériques définissant un monde où les réseaux informatiques et les circuits financiers permettent la circulation ultra rapide des capitaux et des richesses dans un espace sans frontières terrestres, sans réglementations universelles. Or ce monde de l’après-guerre froide dans lequel nous évoluons se trouve avoir créé de nouvelles opportunités de développement pour le milieu criminel. On disait autrefois que « le crime ne payait pas », quoique certains aient pu néanmoins, mais de manière exceptionnelle, accumuler à l’époque des richesses provenant d’activités déjà illégales. Aujourd’hui, on ne peut être que béat de penser une telle ineptie. En effet, l’existence du crime organisé ne peut que nous forcer à constater que le crime paie. Il paie même bien, à tel point que les bénéfices qu’il produit constituent une difficulté en soi pour leur appréhension (exemple : le réinvestissement dans les économies légales) et demandent en tout cas une approche spécifique et des réponses particulières pour tenter de solutionner le problème. L’« argent noir », celui qu’on détermine sous l’expression d’« argent sale », non seulement, s’est accumulé depuis 1960 dans cet environnement mondial et s’est implanté dans des paradis fiscaux (voir montée en puissance des centres off-shore) toujours de plus en plus nombreux malgré des pressions politiques intenses et régulières. Mais cet « argent noir » a tendance à quitter désormais ces « sanctuaires de l’argent du crime » pour investir à grande échelle la vie économique des pays émergents et les réseaux financiers bancaires et économiques des grandes puissances occidentales après avoir pris le contrôle en sous-main des pays et nations à économie fragile. [....]