Thèse de doctorat en Psychologie Soutenue le 24-11-2014 à Paris 5

Sanctionner l’auteur d’une transgression : étude d’une composante motivationnelle des valeurs morales

par Sébastien Métayer

Jeudi 15 janvier 2015, par stan // Ressources

A découvrir cette intéressante recherche !

Transgression Iznogood

Source : http://www.theses.fr/2014PA05H113 & à télécharger http://www.theses.fr/2014PA05H113/d...

Sanctionner l’auteur d’une transgression : étude d’une composante motivationnelle des valeurs morales par Sébastien Métayer

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Farzaneh Pahlavan.

Soutenue le 24-11-2014 à Paris 5 , dans le cadre de Ecole doctorale Cognition, comportement, conduites humaines (Paris) , en partenariat avec Laboratoire de Psychologie des Menaces sociales et environnementales (laboratoire) .

Le président du jury était Nicholas Emler.

Le jury était composé de Farzaneh Pahlavan, Nicholas Emler, Peggy Chekroun, Juan Manuel Falomir-Pichastor.

Les rapporteurs étaient Peggy Chekroun, Juan Manuel Falomir-Pichastor.

Résumé

En fixant des normes et des interdits, les valeurs morales participent du bon fonctionnement d’un groupe ou d’une société (Haidt & Kesebir, 2010 ; Janoff-Bulman, Sheikh, & Hepp, 2009). Lorsqu’une norme sociale ou morale est transgressée, l’individu est parfois pris du désir de sanctionner l’auteur de la transgression, même s’il n’en a pas lui-Même souffert les conséquences (Chekroun & Brauer, 2008 ; Fehr & Fischbacher, 2004). Ce type de sanction aurait pour fonction de maintenir l’ordre social et la coopération entre les individus (Fehr & Gächter, 2002 ; Ginits, Henrich, Bowles, Boyd, & Fehr, 2008 ; Jensen, 2010). Afin de mieux comprendre ce phénomène, nous avons étudié le rôle joué par les valeurs morales dans le déclenchement de ces conduites punitives « désintéressées ». De nombreuses études ont mis en évidence la force motivationnelle dont sont pourvues les valeurs, poussant l’individu à agir en adéquation avec elles (e.g., Hertel & Kerr, 2001 ; Maio, Pakizeh, Cheung, & Rees, 2009). Partant de cet état de fait, nous avons postulé l’existence d’une deuxième composante motivationnelle propre aux valeurs morales, conduisant l’individu à les faire respecter en sanctionnant les personnes qui ne les respectent pas. Nous avons testé dans un premier temps cette hypothèse à travers l’impact du système moral individuel sur le jugement punitif dans le cadre de situations moralement ambivalentes dans lesquelles le protagoniste respectait une valeur morale (e.g., l’équité) aux dépens d’une autre (e.g., la loyauté). Les résultats suggèrent que plus les individus adhèrent à une valeur, plus ils souhaitent voir sanctionnées les personnes transgressant cette valeur. Dans un second temps, nous avons étudié à l’aide de différentes procédures d’amorçage l’influence momentanée que peuvent avoir les valeurs morales sur les tendances punitives lorsque le contexte les rend saillantes. Les effets de l’amorçage spécifique d’une valeur, la loyauté, ont été testés dans le cadre de situations fictives moralement ambivalentes ainsi que dans des conditions écologiques. Les résultats montrent que l’amorçage spécifique de la loyauté entraine une augmentation de la sévérité du jugement punitif ainsi qu’une baisse des tendances prosociales à l’égard d’une personne ayant agi de façon déloyale. L’apparition de ces effets semble néanmoins dépendre du niveau d’implication des individus vis-À-Vis de la situation. Ce travail de recherche nous a aussi permis de constater que lorsqu’une valeur est accessible (de façon chronique ou temporaire), l’individu a davantage tendance à percevoir les événements à travers celle-Ci. Dans l’ensemble, les résultats obtenus à travers cette série d’études mettent en évidence l’influence exercée par les valeurs morales, liée à leur niveau d’accessibilité et de désirabilité, entrainant les individus à les faire respecter en sanctionnant leurs transgresseurs.