Ia Boutique de l’Histoire éditions, 2009

Considérations économiques chrétiennes de saint Paul aux temps actuels

Geneviève GAVIGNAUD-FONTAINE

Jeudi 17 décembre 2009, par stan // Ressources

Geneviève Gavignaud-Fontaine est professeur d’histoire contemporaine à l’université de Montpellier. Ses ouvrages précédents traitent d’histoire vigneronne, de la société rurale, d’analyse doctrinale.

Cette monographie s’intéresse aux principes économiques et sociaux de la pensée catholique et à leur influence sur les économistes à travers les écrits des apôtres, des saints et des papes depuis saint Paul.

Ouvrage très chaleureusement salué par Mgr Gabriel Caccia, Assesseur Secrétairerie d’Etat du Vatican, Mgr F. Baldelli, Nonce apostolique à Paris, Cardinal Vingt-Trois, Archevêque de Paris, Mgr Guy Thomazeau, Archevêque de Montpellier. Chez Decitre

Voir le site de la maison d’édition, l’introduction et le post-scriptum de l’ouvrage y sont lisibles

En bref un ouvrage, un classique, à lire, à relire, à prescrire d’urgence !

Considérations économiques chrétiennes de saint Paul aux temps actuels

PDF - 155.8 ko
Considérations économiques chrétiennes de saint Paul aux temps actuels_Geneviève Fontaine

Voir le site de la maison d’édition, l’introduction et le post-scriptum de l’ouvrage y sont lisibles

L’économie, fonction importante de l’homme en société, trouve son point d’appui dans le travail servi par le capital. Elle est dite sociale lorsqu’elle vise à satisfaire les nécessités de chacun des membres de la société. L’économie sociale devient morale quand, pour satisfaire aux exigences du bien commun, elle se pétrit de justice ; la charité chrétienne la relaye pour répondre aux détresses particulières. Ainsi respectueuse de la dignité des hommes et de leur travail, l’économie – production, marché, consommation – se trouve mise au service de chacun des hommes. Sans oublier qu’elle ne saurait à elle seule être expression de sublime civilisation.

Il s’agit là d’une remarquable étude de l’apport de la sagesse chrétienne dans la vie économique, en référence constant au Magistère. C’est dans la doctrine chrétienne que l’auteur cherche la définition du bien commun, de la destination universelle des biens, du rapport entre justes prix, salaire et bénéfice, de la solidarité professionnelle, de l’État et de la subsidiarité des pouvoirs, de la justice sociale… tout en redisant que, pragmatique, ladite doctrine ne constitue ni une théorie, ni une idéologie.

Tout au long de cet ouvrage témoin d’expériences bimillénaires, se construit la synthèse entre l’économie politique, la morale, l’ontologie, la théologie, L’analyse méthodique des faits et des textes s’y combine avec une ampleur de vues et d’enquêtes pour développer une sereine réflexion historique qui embrasse le temps long comme le fait l’auteur dans l’ensemble de ses travaux. En ces temps de grand désarroi social et spirituel, la lecture de ce livre est particulièrement revigorante.

Reliure : Broché Page : 286 p Format : 24 x 17 cm Poids : 500.00 g ISBN : 978-2-910828-51-6 EAN13 : 9782910828516

Sommaire Introduction
- Première partie : Économie sociale et théologie morale aux temps anciens et médiévaux I- Un savoir à l’épreuve du temps II- Éléments du Bien Commun spirituel et du bien commun temporel III- Du capital, du travail et de la propriété selon la destination universelle des biens IV- De la justice couronnée par la charité
- Deuxième partie : Le magistère catholique face aux nouveautés des temps modernes et contemporains V- La rupture des temps modernes VI- Étapes du retour du Magistère dans l’actualité VII- Pourfendre la misère imméritée des travailleurs VIII- Restaurer l’ordre social IX- Développer l’économie sociale X- À la croisée des temps contemporains : la tradition universelle XI- À la croisée des temps contemporains : la perspective mondiale XII- Mettre le capital et le marché au service du travail réhabilité
- Troisième partie : Contributions à l’économie sociale morale XIII- Un droit de propriété fondamental et intangible XIV- La richesse des nations procède du travail XV- L’organisation professionnelle en quête de justice et de solidarité XVI- L’État garant du bien commun et de la justice sociale XVII- Une économie propice à l’homme en société Pour conclure Post-scriptum Annexes Glossaire Repères biographiques Sources et bibliographie

Chez Decitre